Récit d’événement, récit de vie…

“Le récit de vie est l’une des pratiques les plus courantes de la conversation ordinaire : souvenir d’enfance, récit de voyage ou de vacances, incident de notre vie, événement vécu font partie des échanges quotidiens. Le contexte de l’échange de paroles favorise l’expression et détermine le choix : repas entre amis à l’occasion d’un retour de vacances, fête familiale, compte rendu de mission en milieu professionnel sont quelques-unes des situations propices à la narration. Ce sont des tranches de vie qui s’échangent entre convives ou collègues, se croisent selon des styles de langage et des rituels de parole dans lesquels se jouent et se construisent ce que le philosophe Paul Ricœur appelle des « identités narratives », identités personnelles mais aussi identités familiales, associatives, professionnelles, religieuses, nationales, etc. Sur le plan personnel : « Je me raconte, donc j’existe et j’atteste de mon existence aux yeux des autres dans les récits de ma vie ». Sur le plan collectif, les célébrations, les commémorations, sont des « lieux de mémoire » et d’élaboration de nos identités collectives.

A moins d’être transcrits ou recomposés, les récits oraux disparaissent avec les occasions qui les ont vu se former. Avec l’écriture se constitue l’histoire. L’écriture permet en effet que se créent des archives où la mémoire des hommes s’inscrit dans la durée.”

Article extrait du dossier n°188 « L’écriture de la vie » novembre 2003 de la revue Quart Monde, par Patrick Brun.

Je travaille actuellement à la biographie d’une personne qui désire, à la moitié de sa vie, laisser un témoignage à ses proches, plus particulièrement à sa fille. Ayant eu une vie riche en événements personnels et professionnels, il est en partie autodidacte, a beaucoup voyagé et désire laisser à sa fille un message d’espoir et de confiance en la vie. Ce bilan à mi-parcours lui permet de s’exprimer sur ces événements, de donner sa vision des choses et d’expliciter sa philosophie de vie. Je travaille principalement sur enregistrements, un peu sur une base déjà écrite et je complète les informations grâce à des contacts téléphoniques avec la personne en question, qui n’habite pas dans ma région.

Concrètement, après une première phase de travail qui a consisté en la transcription des enregistrements, j’ai complété tous les éléments par les indications de mon client puis je les ai mis en forme, pour en avoir une vision cohérente. Le plan du travail est en cours d’élaboration puis viendra le temps de la rédaction proprement dite. Je suivrai l’ordre chronologique, tout en insérant des parties thématiques dans le récit. A noter qu’il est important de procéder par étapes bien déterminées et de présenter au client le travail effectué, au fur et à mesure de son avancement, pour approbation. Ce récit de vie est le sien, je ne suis que la main qui va le mettre en forme, selon les désirs de l’auteur et sa propre vision des choses. Écoute, tact, curiosité, empathie, sensibilité et humanité sont, en plus des compétences littéraires, les qualités indispensables pour mener à bien cette biographie, dans le respect total et le non-jugement du client.

Si, comme mon client actuel, vous désirez faire écrire le récit d’un épisode important de votre vie ou de votre enfance, de vos voyages ou bien de la création et l’évolution de votre entreprise, faites appel à mes services d’écrivain public. Je propose une écoute attentive et un travail sérieux, en collaboration étroite avec vous et dans le respect de vos souhaits.

Jeu de mots, mots en jeu…

Ça vous dirait, un petit jeu ? Avec les mots suivants, écrivez un petit texte, humoristique ou poétique, ne dépassant pas 500 caractères, espaces comprises. Mes préférés seront publiés sur ce site. A vos plumes !

équilibre, autoritaire, parallèles, homme, retour.

Envoyez vos textes en pièce jointe sur le mail suivant : contact@gcm-ecriture.com

Et nous commençons par le texte de Sachka :

Nuit ensoleillée

L’homme de la Nuit se tenait en équilibre sur des barres parallèles
Beau, léger, éphémère, il regardait là-haut
Le retour du Soleil, autoritaire et inévitable, l’éblouit
Il vacilla, trébucha et tomba dans une myriade d’étoiles
La femme du Jour ressuscitée lui sourit
Elle était grande, elle avait des ailes presque parallèles
Grâce à elle, l’homme de la Nuit remonta dans les airs
En équilibre, il s’envola, le regard ensoleillé.

Le texte de Juliette :

Les cailloux qui pleurent

C’est le retour des vacanciers et l’homme va encore me piétiner, moi le galet
Souvent, sans le faire exprès, je blesse le pied et d’un coup de talon autoritaire
On me place de sorte que l’équilibre soit retrouvé
Face à la mer, les estivants contemplent l’écume des vagues
Et nous écrasent avec leurs pieds parallèles
Voici la complainte des galets malmenés

Le texte de Suziwan :

Équilibre

Je me remets progressivement aux barres parallèles. C’est difficile après une année de repos forcé. L’an dernier, j’avais réussi après de difficiles et longs entraînements à me qualifier pour les Jeux Olympiques. Malheureusement, dès la première qualification à Londres, j’avais perdu l’équilibre et m’étais cassé le bras droit. Mon coach est un homme autoritaire et très compétent. Je suis confiante, les JO de 2016 à Rio marqueront mon retour sur la scène internationale.

Nouveau thème d’écriture : quand vous parlez de quelqu’un, vous dites souvent : “Tu sais, celui qui…”. Vous allez donc écrire un court texte (2 ou 3 phrases) qui commence par “celui qui” ou “celle qui”, décrivant brièvement la personne. A vos plumes !

Texte de Khéops :

Celle qui se plaint sans cesse de son emploi et qui pourtant, y travaille encore.

 Elle, il ne faut pas lui demander si ça va le matin, parce que ça ne va jamais ! Elle dénigre ses employeurs, ses collègues et les usagers. Elle n’est jamais contente de rien et se croit supérieure à tous ceux-là… Hautaine et méprisante, elle a déjà dit qu’elle cherchait du travail ailleurs. Pourtant, elle est toujours là…

 

Une légende…

En ce temps-là, il y a de cela plus de 5000 ans, en 3000 avant notre ère, Emmerkar, souverain de la cité sumérienne d’Uruk, convoitait le fabuleux trésor d’or, d’argent et de lapis lazuli du seigneur de la cité d’Aratta[1]. Il aurait aimé que ce dernier lui fasse allégeance. Il aurait ainsi été le chef incontesté et incontestable de toute la région. Le pouvoir, ce flatteur miroir, voilà ce sur quoi lorgnait Emmerkar. Le roi d’Aratta tenait à ses privilèges et à sa terre. Il combattit vaillamment Emmerkar. Celui-ci eut alors une idée. Si le combat ne soumettait pas son ennemi, la ruse y parviendrait ! Il fit alors envoyer au seigneur d’Aratta un morceau de bois sur lequel étaient gravés des signes inconnus. Très intrigué, le souverain d’Aratta s’escrima pendant des années à essayer de déchiffrer ces signes insolites, sans jamais y parvenir. Mais pendant ce temps, il ne combattait pas et Emmerkar eut tout le loisir de gouverner à sa guise ! Une variante de la légende dit aussi : « Il lissa l’argile avec les mains en forme de tablette et y déposa les paroles ; jusque-là personne n’avait déposé des paroles sur l’argile ». Ce jour-là, sur ce morceau de bois – ou d’argile -, l’écriture était née.

Plus prosaïquement, le développement de l’agriculture et les échanges commerciaux en expansion ont nécessité de garder des traces de ces échanges : il fallait compter les têtes de bétail et les sacs de grains vendus et achetés, afin de calculer les bénéfices acquis. L’écriture est donc née du commerce : un système de pictogrammes pour recenser des données concrètes et tangibles, mais rien encore pour exprimer les pensées et les idées.

Pourtant, la légende montre bien à quel point l’écriture, déjà, représentait une marque  de  supériorité. Il n’est donc pas étonnant que, peu à peu, les puissants s’y soient intéressé pour leur propre compte, l’aient captée à leur profit.

Ils souhaitent voir gravée dans le marbre, l’histoire de leur vie. Ils emploient pour cela des scribes, issus des classes sociales élevées, instruits et éduqués, et chargés de retranscrire la biographie des souverains. De leur côté, les religieux ne sont pas en reste puisqu’une bonne part des écrits est de cet ordre-là. Ainsi, l’écriture est affaire de pouvoir, elle concerne le Temple et le Palais et marque le signe du clivage entre les rois et le peuple. Qui possède l’écriture possède le savoir, donc le pouvoir.

Les égyptiens ne changeront pas l’ordre établi. De la dure pierre sur laquelle ils écrivirent, ils passeront au papyrus, plus maniable. Leur système de hiéroglyphes, bien que stable pendant quarante ans, se déclinera en deux utilisations : l’écriture hiératique, réservée aux prêtres pour les transcriptions religieuses et l’écriture démotique, graphie simplifiée pour les « autres ». Ne nous méprenons pas ! Ces « autres » ne sont pas le peuple ! L’écriture est toujours l’affaire des classes sociales supérieures… Mais le fait même qu’il y ait différenciation des graphies selon l’appartenance sociale, indique clairement la fonction de « code » dévolue à l’écriture. Si, au départ, les petits signes, plus proches du dessin que réellement de l’écriture, servaient à répertorier et classer des objets, ils se transforment dès qu’il s’agit de retranscrire de l’abstrait, des idées ou des pensées. Ils donneront naissance aux alphabets, où, à une lettre correspond un son. Cette étape est particulièrement importante, en ce sens qu’elle opère un glissement de niveau, très lent, certes, mais inéluctable, vers notre époque. D’élément de pouvoir, l’écriture deviendra élément de libération des peuples. Chez nous, c’est la Révolution Française qui, la première, émettra l’idée que la lecture et l’écriture doivent être partagées par tous. Tous ? Enfin, presque… A l’époque, savoir lire signifiait savoir lire la Bible, et la Révolution, qui souhaitait transmettre son idéologie, a vite compris qu’elle devait concurrencer l’Église sur un terrain qu’elle occupait : celui de l’école. Peu à peu l’enseignement s’est développé et si Jules Ferry a fait voter des lois instaurant la gratuité et l’obligation de l’enseignement primaire, c’est avec la séparation de l’Église et de l’État, en 1905, que ce dernier a pris les rênes de l’enseignement et que l’écriture, devenant un enjeu scolaire, a conquis d’autres classes sociales.

 


[1] L’aventure des écritures : naissances, Bibliothèque Nationale de France