Rédaction d’un discours pour un mariage

Rédiger des discours est l’un des travaux d’écriture qu’un écrivain public propose. Voici un exemple de discours pour un mariage. Dans un souci de confidentialité, les noms et les lieux ont été modifiés.

DISCOURS POUR LE MARIAGE DE LAURENT ET JULIE.

En ce jour important que nous vivons ensemble et en tant que mère de la mariée, j’ai souhaité faire un petit discours. Rassurez-vous, la torture ne durera que quelques minutes et ceux qui voudraient en profiter pour dormir n’en auront pas le temps.

Je tiens tout d’abord à vous remercier tous chaleureusement d’être là aujourd’hui, la famille, la belle-famille et les amis. Je sais que certains viennent de loin pour partager avec nous ce moment de bonheur et je les en remercie tout particulièrement. Mes remerciements vont aussi aux mariés, sans lesquels ce jour ne serait pas !

Jean Anouilh a dit : Le mariage, c’est la robe. Après, évidemment, on a le mari !

Tu es très belle, ma fille, dans ta robe de mariée. Et ton mari aussi, dans son costume élégant. Nous sommes très heureux et fiers d’accueillir Laurent au sein de notre famille. Loin d’avoir perdu une fille, nous avons gagné un fils. Et quel fils ! Gentil, attentionné, sociable, en un mot formidable. Dès la première rencontre avec nous, le courant est passé et nous nous sommes adoptés naturellement. Nous te confions à lui, toi notre fille chérie et savons qu’il prendra toujours soin de toi avec tout son amour. Calme et réfléchi, il saura tempérer et équilibrer le petit feu follet toujours en mouvement que tu es.

Toute petite déjà, tu ne tenais pas en place ! Ton caractère vif et enjoué te poussait à toujours vouloir faire plus et mieux. Tes études occupaient la première place dans ta vie et je me souviens qu’aussitôt rentrée de l’école, tu te mettais à tes devoirs, sans même prendre le temps de goûter ! Ton parcours scolaire est à l’image de ton tempérament bosseur et consciencieux. Engagée dans des études de mathématiques dès l’obtention de ton baccalauréat, tu n’as eu de cesse d’approfondir tes connaissances et d’améliorer tes compétences par de nouveaux cursus : une école de finance puis les Ponts et Chaussées et enfin, HEC, la célèbre école de commerce, d’où tu es sortie brillamment diplômée. Au milieu de cet itinéraire d’excellence, tu as, en plus, trouvé le moyen de mettre au monde un adorable bébé, le petit Mathis, ce petit-fils qui nous comble de bonheur depuis six mois. Je découvre en toi une maman attentive et protectrice, toujours présente pour son enfant. Et depuis début juillet, tu travailles à nouveau !

Oui, ma fille est une battante ! Débrouillarde et positive, elle mène de front vie personnelle et vie professionnelle, se démultipliant pour réussir les deux. J’en vois certains dans l’assemblée qui pensent : « Bien sûr, c’est la maman, elle est fière de sa fille, elle en rajoute ! » Je vais vous confier une petite anecdote, vous allez comprendre. Lorsque Julie est partie étudier aux États-Unis dans son école de finance, elle parlait mal l’anglais. Elle l’avait appris en classe, comme tout le monde mais on ne peut pas dire que c’était sa matière préférée, n’est-ce pas ma fille ? Pour ne pas être trop perdue, elle avait emporté avec elle un dictionnaire français-anglais. Eh bien, le croiriez-vous ? Quand elle est revenue, elle était bilingue ! Si cela n’est pas de la volonté et l’envie de réussir, dites-moi ce que c’est !

Pourtant, sous son caractère affirmé mais néanmoins agréable, sous son franc-parler et son refus de l’hypocrisie, Julie cache une nature angoissée qui s’exprime à travers son envie de toujours bien faire, son perfectionnisme permanent. Je le sais par expérience, à la fois maman et confidente, très proche d’elle, presque fusionnelle. Comme je l’évoquais tout à l’heure, c’est à toi de jouer, Laurent, pour que Julie, auprès de toi qui est plus calme et posé, équilibre sa vie et profite pleinement de l’instant présent.

Je voudrais donc te dire, Julie, et ton père avec moi, combien je suis fière de toi, de ta réussite mais aussi de ce que tu es, toi, en tant que personne. Quelqu’un de vrai et d’entier. Quelqu’un de bien. Je sais que tes frères et sœurs, tes oncles et tantes ne me contrediront pas. Eux aussi sont fiers de toi et ont tenu à te le dire par mon intermédiaire.

Nous t’aimons profondément et tu nous combles de bonheur depuis ta naissance. En ce jour de ton mariage, nous te confions à Laurent dont nous savons les qualités, pour que tu poursuives avec lui et le petit Mathis ton chemin de vie, un chemin que nous te souhaitons heureux et prospère.

Comme l’a si bien dit l’écrivain André Maurois, Un mariage heureux est une longue conversation qui semble toujours trop brève.

C’est tout le mal que nous te souhaitons, à toi, à Laurent et à Mathis, une très longue conversation. Soyez heureux, tout notre amour vous accompagne.

 

Ce contenu a été publié dans Réalisations. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *