De l’utilité d’une bonne orthographe

À l’heure où le prochain concours des « Timbrés de l’orthographe » vient d’être lancé, on peut se demander quel rapport les français entretiennent avec leur langue. Il est d’usage de dire que « le niveau baisse », que les français sont fâchés avec leur orthographe. Mais est-ce vrai ? Il semblerait que oui… En effet, selon le dernier baromètre du programme Voltaire, paru en juin 2015, seules 45% des personnes maîtrisent les principales règles d’orthographe. Elles étaient 51% en 2010. Si l’on affine les résultats, en 2010, 52% maîtrisent les règles grammaticales et 53% les règles lexicales. En 2015, ces chiffres tombent à 46% et 44%.
Il est à noter qu’un écart existe selon le sexe. Les femmes sont plus performantes en orthographe que les hommes et cela se remarque déjà au niveau de la scolarité. Au collège, 28% des filles contre 24% des garçons sont à l’aise dans les exercices d’orthographe, ces chiffres étant de 48% contre 43% à l’âge adulte.
Écart également selon les régions. Les meilleurs se retrouvent dans le Sud-ouest avec, en tête, l’Ariège, l’Aude et les Pyrénées orientales. Au total, 9 départements du Sud-ouest figurent dans les 14 premiers du classement.
Plusieurs explications ont été données à cette chute du niveau de l’orthographe, parmi lesquelles l’abandon de la dictée à l’école primaire et les nouvelles technologies (usage des SMS notamment). Si la première raison invoquée semble couler de source, il n’en est pas de même pour la seconde. En effet, plusieurs chercheurs ont démenti cette affirmation. Parmi eux, Danièle Manesse, professeur de sciences du langage à la Sorbonne nouvelle, écrit : « Le langage SMS n’influence pas l’orthographe. Les élèves savent qu’ils utilisent un code, un langage secondaire. La baisse du niveau en orthographe serait plutôt le résultat du peu de temps consacré à l’étude de la langue à l’école. »
Pourtant, selon une enquête Ipsos de 2014 pour les éditions Le Robert, 9 français sur 10 affirment être choqués lorsqu’ils constatent des fautes d’orthographe dans les courriers administratifs. De même, 84% sont gênés de commettre des fautes et pensent que cela nuit à leur image. Un sentiment de honte s’installe. En effet, une bonne orthographe est un marqueur social positif, elle fait partie des comportements sociaux que l’on doit avoir. Pour pouvoir maîtriser l’orthographe, nombre de personnes ont ainsi recours aux correcteurs d’orthographe. Cependant, force est de constater que ceux-ci ne sont pas toujours au point et ne signalent pas certaines fautes. Rien ne vaut dans ce domaine, l’œil acéré d’un professionnel.
Si votre orthographe approximative vous préoccupe, elle peut également vous pénaliser lors d’une recherche d’emplois par exemple. Pour que vos lettres de motivation et vos CV soient irréprochables, faites appel à un écrivain public. Spécialiste de la langue écrite, il saura pallier vos difficultés et vous fournir un travail soigné. Ainsi, vous mettrez de votre côté toutes les chances de réussite.


Le projet Voltaire est un logiciel d’entraînement à l’orthographe, composé de tests et d’exercices et créé par un comité d’experts, dont le champion du monde d’orthographe, Bruno Dewaele. Plus de 200 centres d’examen en France font passer les épreuves pour lesquelles les candidats reçoivent une certification reconnue et appréciée par les recruteurs.
Manesse, Danièle « Orthographe, à qui la faute ? » ESF éditeur, 2007.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *